XIIe CONGRES 1O-11-12 NOVEMBRE 2003

BORA BORA

Programme

Lundi 10 novembre 2003      

8h – 8h30         Accueil des congressistes       

8h30-9h00       Présentation de l’ACD’OM – Monsieur Lilian MALET, Secrétaire Général

                        Présentation de l’OUTRE MER – Madame Béatrice VERNAUDON, Députée de Polynésie                                 

9h00                Pause 

9h30                Ouverture officielle du congrès                                                          

                        Discours d’accueil de Monsieur Gaston TONG SANG, Maire de Bora Bora

                        Intervention du représentant de l’AMF                                               

                        Discours d’accueil de Monsieur Ali HADHURI HAMADA, Président de l’ACD’OM

                        Lecture du Message de Léon BERTRAND, secrétaire d’Etat au Tourisme

                       Intervention de Monsieur Gaston FLOSSE, Sénateur Président du Gouvernement de Polynésie Française                      

                       Intervention de Monsieur Michel MATHIEU, Haut-Commissaire, représentant Madame la Ministre de l’Outre Mer                                                                                                              

10h30              Présentation de La Polynésie Française – Monsieur Gaston FLOSSE, Sénateur Président du Gouvernement de Polynésie Française                                               

12h00-13h15   Déjeuner                                                       

13h15- 14h45  Interventions:

                        Tourisme et développement Durable

                        Charles SAMATHY et Evelyne GRASPERGE

                        Nicolas BLANC du Comité 21 – Responsable du programme Entreprises 21

                        Patrimoine naturel et développement durable : Enjeux et étude de cas.

                        Jean-  Philippe PALASI, Chargé de mission outre-mer, UICN France

14h45-15h00   Mise en place des Ateliers                                                                                        

15h00-16h00   Travaux en ateliers

Atelier 1: Restauration collective partenaire du développement durable pour les secteurs agriculture, pêche et élevage dans les DOM

            Guy OVIDE ETIENNE, Président de la Chambre d’Agriculture de Martinique et Président de l’ODEADOM

Atelier 2: Les chèque vacances 

            Eric VAILLANT et Karine DELBENDE-LAMY de l’Agence Nationale des Chèques Vacances

Atelier 3: Tourisme et Aménagement du territoire/Comment soutenir le Tourisme Outre Mer

            Emmanuel FUSILLER, Directeur adjoint de Cabinet de M. Léon BERTRAND

            Roland HOARAU Président du Syndicat Mixte de Pierrefonds (La Réunion)

            Christian MANTEI Consultant

 Atelier 4: La commune et le développement durable

Garcin MALSA, Maire de Sainte Anne en Martinique et Vice Président de l’ACD’OM                                                                  

16h00-17h00   Visites sur le terrain                                                                                       

17h30              Retour aux hôtels                                                                                          

19h30              Apéritif et dîner offert par la commune de Bora Bora à l’hôtel Moana Beach

 

Mardi 11 novembre    

7h30-7h45       Accueil des congressistes

8h00                Début des travaux – Message du 11 novembre

8h05-9h05       Restitution des quatre ateliers

9h15-10h00     Séance plénière

10h00-10h15   Pause

10h15-11h00   Interventions:

                        Présentation du FED par M. Frans BAAN Chef de délégation de la Commission  européenne pour le Pacifique

                        Députés européens : Madame Margie SUDRE & Monsieur Jean Claude FRUTEAU

11h00-12h00   Débat

12h00-13h15   Déjeuner

13h30              Reprise des travaux – Interventions:                                                   

13h30-13h50   Systèmes énergétiques insulaires: Monsieur Claude RENOULT, Directeur délégué d’EDF                                                

13h50-14h10   Mise en place et gestion de l’électricité, de l’eau et de l’assainissement sur l’île de Bora Bora par Joël ALLAIN, Président Directeur Général d’EDT                       

14h10-14h30   Politique européenne et biodiversité d’outre mer par Jean-Philippe PALASI, Chargé de mission outre-mer, UICN France »                                                         

14h30-15h30   Séance plénière                                                         

20h00              Dîner de Gala de l’ACD’OM au Club Méditerranée de Bora Bora                                                    

Mercredi 12 novembre                                              

7h30-7h45       Accueil des congressistes                                                      

8h00-8h30       Assemblée Générale                                                  

                        Rapport d’activités du Président                                                        

                        Rapport financier 2002 et approbation des comptes                                                  

8h30-10h00     Séance plénière                                                         

                        Synthèse des travaux

                        Tour de table des régions

                        Débat et vote des résolutions

10h00-10h15   Pause

10h15-11h15   Discours de clôture

                        Vice Présidents Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Nouvelle Calédonie, Polynésie

St Pierre et Miquelon

                        Président AMF, ACD’OM

  1. Gaston FLOSSE, Sénateur Président du Gouvernement de Polynésie française

                        Intervention de Monsieur Michel MATHIEU, Haut Commissaire, représentant Madame la Ministre de l’Outremer

12h00              Déjeuner offert par le Syndicat pour la Promotion des Communes de Polynésie Française

14h00-18h00   Transfert sur Papeete

                        Visite du lagon de Bora Bora par groupe 2 heures avant le départ pour Papeete

19h30              Réception à la Présidence de Polynésie Française

 

 

 

Jeudi 13 novembre      

Visites sur l’île de Tahiti  et de Moorea

23h15              Aéroport de Faaa – Départ pour Paris

Bilan moral et rapport d'activités

BILAN MORAL ET RAPPORT D’ACTIVITES

 

        A la suite du Congrès 2002 qui s’est tenu à Paris le 16 novembre, un nouveau Conseil d’administration a été élu. Il s’est réuni le jour même et a élu le Bureau de l’association pour 2003/2004 :

Président

                    ALI HADHURI HAMADA – Maire de BOUENI (Mayotte)

Vice Présidents

                    THEOGAT BALZINC – (Guadeloupe) – Vice Président                             SIVOM NORD BASSE TERRE

                    JEAN PIERRE ROUMILLAC – (Guyane) – Maire de Matoury

                    GARCIN MALSA – (Martinique) – Maire de Saint Anne

                    ROLAND ROBERT – (La Réunion) – Vice Président du TCO

                       GASTON TONG SANG – (Polynésie FR) – Maire de Bora Bora

Secrétaire Général

                    LILIAN MALET – (La Réunion) – 1er Adjoint au Maire de La Possession

Trésorier

                    AHAMADI DAHALANI – (Mayotte) – Maire de Sada

Secrétaire Adjoint

                    SAÏD ISSIHAKA – (Mayotte) – Maire de Pamandzi

Trésorier Adjoint

                    ROLAND HOARAU – (La Réunion) – Président du Syndicat Mixte de Pierrefonds

Conformément aux décisions de l’Assemblée Générale, le siège de l’Association a été fixé à La Possession.

        L’ACD’OM s’affirme dans son rôle de force de proposition et d’action. Les orientations arrêtées par le Bureau le 8 février et confirmées par le conseil d’administration le 8 mars prennent corps.

        En premier lieu, le processus d’élargissement de l’assise de notre Association a bien avancé. Après les communes de Mayotte, après l’entrée de la Polynésie par le biais du SPC d’abord en 2002, et à titre individuel pour d’autres communes cette année, ce sont aussi deux communes de Nouvelle Calédonie qui sont venues renforcer et enrichir l’ACD’OM.

Pour la Nouvelle Calédonie, les communes de Païta, de La Foa et de Farino ont délibéré et sont adhérentes à l’ACD’OM et d’autres ont exprimé leurs intentions d’adhérer.

Pour la Polynésie Française, ce sont les communes de NUKU HIVA,  PIRAE, MAUPITI, HIVA OA, UA POU, HUAHINE, et BORA BORA, qui ont intégré l’Association. Je souhaite à leurs représentants la bienvenue.

A ce congrès, nous accueillons du reste pour la première fois Saint Pierre, une des communes du TOM Saint Pierre et Miquelon.

Gageons que le mouvement amorcé en 2003 continue et que nombreuses seront les nouvelles collectivités à adhérer. Pour cette année, nous comptons x adhérents de plus.

S’agissant des orientations de l’ACD’OM en 2003/2004, deux grands axes guident notre action:

        → Conforter la communication entre les membres,

        → Orienter les collectivités vers un développement durable et solidaire.

  • Conforter la communication :

 

        Depuis quelques mois, une nouvelle édition de la “Lettre de l’ACD’OM” a fait son apparition. Elle informe nos collectivités sur l’essentiel de l’activité de l’association ainsi que sur les questions d’actualité de nos différentes régions.

A l’occasion de ce Congrès, un nouveau support de communication voit le jour avec le magazine “OUTRE MAG”, numéro zéro d’une longue série, espérons-le…..

Cet outil, dont nous souhaitons faire le magazine de référence de l’ Outre Mer, sera, dans son contenu et dans sa forme, le fruit de nos échanges. Il appartiendra donc à chacun d’y collaborer. Ce premier numéro, riche en interviews, apporte un plus indéniable à notre Congrès. Nous espérons qu’à l’avenir, avec l’aide de chacun, Outre Mag deviendra un plus dans la gestion et le développement de nos cités. A nous d’en préciser la forme dans le temps.

        Le travail en collaboration avec les Associations de Maires de nos différents territoires et avec l’AMF a permis d’améliorer les liens existants entre nous. Il faut persévérer dans cette voie.

        Nous avons fortement souhaité élargir et banaliser l’utilisation d’Internet, outil efficace et moderne de communication particulièrement adapté à notre famille compte tenu de notre répartition géographique sur toute la planète.

        Parallèlement, le site officiel de l’ACD’OM a vu le jour. Site en développement et à développer, nos ambitions pourront se réaliser grâce à l’aide du Ministère de l’Outre Mer qui, à travers le FIPOM, nous a accordé une subvention.

La mise en réseau actif des collectivités et des élus de l’Outre Mer doit se faire maintenant. Une adresse email à partir du site de l’Association sera proposée à toutes les collectivités adhérentes sur le principe “saintpierre974, sainteanne972 ou boueni976 @france-acdom.net”. A nous de l’utiliser, de la vulgariser pour conforter cette image d’unicité de l’outre mer français malgré sa dispersion dans tous les océans. Beaucoup reste encore à faire

  • Orienter nos Collectivités vers un développement durable :

Thème de notre XIIeme Congrès et choix stratégique qui prendra de plus en plus d’importance dans les années à venir.

Cette année, l’ACD’OM a décidé d’adhérer au COMITE 21. Ce faisant, nous avons souhaité être directement impliqué dans les réflexions menées au niveau national ainsi que dans la définition des politiques et des actions en la matière. Notre volonté est de vulgariser auprès des élus et des collectivités la notion d’Agenda 21 local. Les nombreux exposés sur ces problématiques dans le cadre de notre congrès vont dans ce sens.

Pour associer ce thème à celui de la jeunesse ultramarine, le Conseil d’Administration réuni à Paris en mars, a entériné l’organisation d’un concours en direction des jeunes de nos communes adhérentes intitulé : La Paix, instrument du développement durable. Je compte fortement sur vous pour impliquer vos écoles dans cette démarche.

  • Nos Activités :

 

Deux réunions de Bureau et deux réunions du Conseil d’Administration ont animé la vie de notre Association.

Lors de la première réunion du CA, les débats ont fait apparaître deux demandes fortes et récurrentes :

  • La nécessité d’un Fonds de rattrapage pour les communes qui pourrait se traduire par une augmentation de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) de l’ordre de 30%
  • La nécessité de trouver d’urgence une solution à la précarité des emplois dans la fonction publique territoriale de l’Outre Mer.

Compte tenu de la situation particulière de Mayotte, L’ACD’OM a réaffirmé son soutien aux communes de Mayotte pour lesquelles il est urgent d’effectuer une mise à niveau. Les élus présents ont insisté particulièrement sur le système de la restauration scolaire indispensable pour l’hygiène alimentaire des enfants mahorais.

Cela a été rappelé au Premier Ministre lors de la synthèse des Assises des Libertés locales à Saint Denis de La Réunion à laquelle ont participé le Président, le Secrétaire Général et le Trésorier de l’ACDOM.

C’est également ce que nous avons fait valoir au cours des nombreux contacts que nous avons eu, aussi bien avec les administrations (préfectorales, nationales ou européennes), qu’avec l’AMF et les différents Ministères.

Ainsi, nous avons été reçu à plusieurs occasions par différents membres du Cabinet de Madame Brigitte GIRARDIN au Ministère de l’Outre Mer.

Egalement par Messieurs André VIAU et AUBERNON au Cabinet du Premier Ministre et par Monsieur Nicolas QUILLET, Directeur de cabinet de Monsieur Patrick DEVEDJIAN, Ministre des Libertés Locales. Enfin, Monsieur Bernard DREYFUS, Directeur Adjoint du Cabinet de M. Jean Paul DELEVOYE Ministre de la Fonction Publique.

Outre son Cabinet, Madame Tokia SAÏFI, Secrétaire d’Etat au Développement durable a reçu en audience le Secrétaire Général de l’ACD’OM et s’est excusée de ne pouvoir être présente à notre manifestation.

De même, nous avons été reçu aux Cabinets de Madame Roselyne BACHELOT et de Madame Noëlle LENOIR qui se sont également excusées toutes les deux de ne pouvoir être présentes au Congrès.

A Bruxelles, l’ACD’OM a pu rencontrer le Cabinet de Monsieur Michel BARNIER et tenir une réunion de travail avec M. Giorgio COCCHI, Conseiller à la Direction Générale du Développement, et M. DIRLEWANGER Pierre, Administrateur à la Direction Générale Politique Régionale.

Par ailleurs au cours d’une mission en Nouvelle Calédonie pour présenter l’ACD’OM, le Secrétaire Général a pu rencontrer l’ensemble des responsables du territoire : Monsieur Daniel CONSTANTIN, Haut Commissaire,  Monsieur Pierre FROGIER, Président du Gouvernement, et Monsieur Simon LOUECKHOTE, Président du Congrès.

Ces deux derniers, invités à participer à notre Congrès, n’ont pu se libérer d’un calendrier chargé et se sont excusés.

De même, deux réunions de travail se sont tenues avec les deux Associations de Maires, l’AFM, l’Association Française des Maires, et l’AMNC, l’Association des Maires de Nouvelle Calédonie.

Saluons la présence parmi nous de la Présidente de l’AFM, Madame Ghislaine ARLIE Maire de Farino. Le Secrétaire de l’AMNC, Monsieur Bernard MARANT, Maire de Dumbéa s’est excusé.

Dans le cadre de la préparation de ce Congrès, l’ACD’OM a multiplié es rencontres en Polynésie Française avec Monsieur Jacques MICHAUT, Secrétaire Général du Haut Commissariat, Monsieur Michel PAOLETTI, Conseiller de Monsieur Gaston FLOSSE, les responsables du SPC et, à Paris le représentant de la Polynésie Française, Monsieur Alain FERNBACH, ainsi que les associations telles que WILD WORLD FONDATION (WWF) ou l’Union Mondiale Pour la Nature (UICN).

Notre Rapport d’activité témoigne de l’ampleur de notre tâche.

Pour ce qui est de notre présence et du travail de réflexion que nous avons suscité, je crois que nous pouvons être fier du travail accompli.

La bonne tenue de notre congrès est la cerise sur le gâteau !

L’organisation de nos Congrès une fois sur deux dans une Collectivité d’Outre Mer est un enrichissement pour les participants grâce au partage d’expériences et par la découverte d’autres territoires et populations qui rencontrent des problématiques identiques.

Mais c’est aussi également un facteur d’enrichissement pour l”économie locale. A titre d’illustration, cette année, c’est un peu plus de 500.000 Euros (60 Millions de francs Pacifique) qui sont directement injectés dans l’économie de la Polynésie française.

S’il n’est pas aisé d’organiser le déplacement d’environ 300 personnes résidant en Outre mer, cela a été rendu possible grâce au concours de partenaires.

Je tiens à remercier tout particulièrement les responsables des Associations des Maires de la Guadeloupe, de la Martinique, de Mayotte et de Polynésie française qui, en liaison avec le Secrétaire Général, ont été un lien précieux pour assurer l’organisation de ce Congrès. Le SPC-PF, présidé par notre collègue et ami Gaston TONG SANG, et la commune de La Possession ont assuré un tandem efficace avec le Secrétaire Général.

Que tous ceux qui nous ont assisté d’une façon générale à quelque niveau de compétences qu’ils se situent soient remerciés ici par vos applaudissements.

Traditionnellement, le financement de notre manifestation a été assuré grâce au soutien de nombreux partenaires. Au nom de l’ACD’OM je remercie, Plastic Omnium, Air Tahiti Nui, EDF, EDT, le Club Méditerranée de Bora Bora, le SOFITEL Maeva Beach de Tahiti, l’ANCV, RFO avec une mention spéciale pour le groupe DEXIA-CREDIT LOCAL DE FRANCE dont la responsable pour l’Outre Mer, madame Maryse COLLIN nous a été d’un très précieux concours.

Deux subventions nous ont été accordées. La première d’un montant de 25.000 Euros par le gouvernement de Polynésie française et la deuxième par le Ministère de l’Outre Mer d’un montant de 38.000 Euros.

Nos remerciements s’adressent particulièrement à Madame Brigitte GIRARDIN, excusée au dernier moment, et à Monsieur Gaston FLOSSE qui ont su apprécier l’importance de nos rencontres et qui nous ont fait l’honneur d’y participer.

Enfin le rapport financier de l’exercice 2002 vous sera présenté par Le Trésorier qui vous donnera un aperçu de la situation financière de notre Association.

 

Rapport financier

Intervention de Monsieur Jean Luc POUDROUX
Président du Conseil Général de la Réunion

Monsieur le Président de l’ACD’OM

Monsieur le Directeur représentant Monsieur le Secrétaire d’Etat à l’Outre Mer

Monsieur le Député-Maire de Saint-Denis

Monsieur le représentant du Conseil Régional

Monsieur le représentant de l’A.M.F.

Monsieur le Délégué de l’AMDR

Mes chers Collègues, Mesdames, Messieurs,

Tout d’abord je voudrais vous prier de bien vouloir m’excuser de mon retard dû aux aléas de la circulation dont vous avez pu vous mêmes vous apercevoir ce matin.

Croyez que j’avais à cœur de vous accueillir personnellement, vous qui venez des Antilles, de la Guyane, de Mayotte, de Polynésie et également des Seychelles, afin de vous souhaiter la bienvenue dans l’hémicycle de la collectivité départementale de la Réunion.

J’espère que pendant votre séjour parmi nous, vous aurez l’occasion de découvrir un art de vie créole à nul autre pareil.

Je me félicite que Monsieur le Président de l’A.C.D’O.M,, ait choisi notre île pour tenir, au terme d’une décennie d’existence, le dernier congrès du siècle de l’Association.

Notre séance de travail d’aujourd’hui va nous permettre d’aborder un certain nombre de questions qui nous interpellent tous en tant qu’élus locaux et proches de la population.

En effet, à travers son expression politique qu’est la municipalité, la commune constitue le centre de décision le plus proche des administrés.

Au cours de ces dernières années on a pu constater que pour toutes les questions et préoccupations, le citoyen, après DIEU, s’adresse prioritairement au maire.

Cela est vrai pour l’hexagone, mais cela est vrai davantage encore dans les petites entités républicaines que sont nos îles et nos territoires ultra marins.

Nos compatriotes sont d’ailleurs très attachés à cette institution et ils le montrent à l’occasion de chaque scrutin en faisant preuve d’un sens civique exceptionnel.

Même si le rôle et la mission des Maires et de son équipe se sont complexifiés depuis la mise en œuvre de la décentralisation conférant les compétences élargies à nos collectivités locales, la commune demeure une administration à dimension humaine.

La grande diversité des tâches et les conditions de leur exercice soulèvent on le sait, un large débat sur la responsabilité du Maire, mais sa désignation reste, nous en sommes convaincus, l’un des grands moments de la vie démocratique de notre pays et des valeurs universelles qu’il porte.

Nos communes connaissent un certain nombres de difficultés et, dans le cas de notre île, elles se sont amplifiées par la conjugaison d’une progression démographique encore forte et d’un chômage structurel important.

Pour tenter de faire face à cette situation qui n’a rien de comparable à celle de la métropole, le département mène avec l’ensemble des communes dans l’Île, une politique de complémentarité et de partenariat exemplaire.

Grâce au contrat de développement et au contrat d’objectif habitat, depuis plus d’une décennie, notre collectivité a apporté un soutien financier sans précédent à nos différentes communes.

A titre d’illustration, s’agissant du financement des écoles sur la période 1988- 1998, le département est intervenu à hauteur de 336 millions de francs pour un coût global de travaux de 622 millions de francs dans le cadre de la construction et de la rénovation des écoles du premier degré.

Notre intervention qui s’inscrit dans un schéma d’ensemble repose sur deux idées forces :

* Aider les communes dont la marge budgétaire est de plus en plus étroite du fait de la pression démographique et de la montée des besoins à réaliser des équipements de proximité structurants.

* Veiller à ce que l’aménagement du territoire soit réalisé sur une base équitable qui ne pénalise pas certaines régions aux profits d’autres.

Il s’agit de préoccupations que vous partagez aussi, Mesdames et Messieurs, à l’heure où se dessinent et se précisent les grands objectifs de l’Europe des Régions.

Dans ce cadre, l’Intercommunalité constitue une chance historique pour les collectivités locales de chercher la meilleure intégration, à la fois, dans l’ensemble administratif français et dans l’Union Européenne.

L’intercommunalité est une bonne base pour apprendre à vivre ensemble, à mettre en commun des idées, des projets et à faire participer les administrés à une grande ambition de développement social, économique et culturel pour nos régions.

A la Réunion, l’ensemble des communes sont regroupées au sein de communautés de communes, ce qui nous place au premier plan dans ce domaine tant en Outre Mer que sur le plan national.

Voilà Mesdames et Messieurs, les quelques remarques que je voulais porter à votre connaissance ce matin.

Je souhaite que votre Congrès soit riche et convivial. Je vous remercie de votre attention.

Communiqué de presse

COMMNIQUE DE PRESSE :

Le congrès de l’ACD’OM (Association des Communes d’Outre Mer) s’est déroulé les 10, 11 et 12 novembre 2003 à Bora Bora en Polynésie Française. Trois cents congressistes (Maires et adjoints) de l’ensemble de l’Outre Mer ont travaillé pendant trois jours sur deux thèmes : « Tourisme et Développement durable » d’une part et « Fonds européens et Outre mer » d’autre part.

La manifestation a été ouverte par le Haut Commissaire de La République représentant Madame Brigitte GIRARDIN retenue à Paris, en présence de Monsieur Gaston FLOSSE, Sénateur Président du Gouvernement de Polynésie.

C’est le premier congrès qui se réunissait dans le Pacifique et qui a réuni des représentants de tout l’outre mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte, Polynésie Française, Nouvelle Calédonie, Saint Pierre et Miquelon scellant ainsi la représentativité de l’association à tout l’outre mer.

Ce congrès a également soudé un peu plus la communauté des communes ultramarines qui a pris pleinement conscience de la force qu’elle pouvait représenter lorsqu’elle parle d’une seule et même voix.

Avec la présence des deux députés européens, Margie SUDRE et Jean Claude FRUTEAU et du représentant de la Commission européenne dans le Pacifique monsieur Frans BAAN, l’ACD’OM s’est affirmé comme une force de proposition et d’actions à tous les échelons.

De l’avis de tous les congressistes ce congrès a été très riche et très instructif.

Malgré qu’elle représente « quelques poussières d’îles » disséminées dans les trois océans, la communauté d’outre mer a pleinement pris conscience de la richesse naturelle de sa faune, de sa flore et de ses paysages à l’échelle européenne et mondiale et souhaite s’engager sur la voie d’une protection et d’une mise en valeur de cette richesse inestimable avec l’aide de tous les partenaires que sont les collectivités locales, l’Etat et l’Europe.

Consciente de l’apport économique et culturel de la tenue de ses congrès, l’Assemblée Générale a décidé de privilégier l’organisation de ses manifestations en outre mer favorisant ainsi l’économie locale et ses adhérents.

Avec l’adhésion de plusieurs communes de Nouvelle Calédonie, un Vice Président, Monsieur Harold MARTIN, maire de Païta, a été élu.

L’assemblée a retenu sa proposition d’organiser le prochain congrès en Nouvelle Calédonie.

Les motions et résolutions adoptées seront présentées à Madame GIRARDIN la semaine prochaine à Paris à l’occasion du congrès des Maires de France.

Papeete le 13 novembre 2003

Discours de M. Gaston FLOSSE

PRÉSIDENCE

SERVICE DE LA COMMUNICATION

 

Lundi 10 novembre 2003 11h15

 

Congrès des maires de l’Outre-mer à Bora Bora / ACDOM

 

Discours d’ouverture du Président Gaston Flosse

Le Président Gaston Flosse et l’ensemble des membres du Gouvernement ont participé à l’ouverture du Congrès des Maires de l’Outre-Mer, qui se tient cette année à Bora Bora.

Vous trouverez ci-dessous le premier discours de bienvenue prononcé par Monsieur Gaston Flosse.

Le président est intervenu une seconde fois afin d’effectuer une présentation de la Polynésie, en particulier de ses institutions et de son statut, aux élus de l’Outre-mer.

Discours de Monsieur Gaston FLOSSE,

Président Sénateur de la Polynésie française

———-

Ouverture du Congrès de l’Association des Communes d’Outre-Mer

———-

Lundi 10 novembre 2003 – à Bora-Bora

Permettez-moi de vous souhaiter, au nom du Gouvernement, en mon nom personnel et au nom de tous les Polynésiens, bienvenue en Polynésie française.

Bienvenue à nos compatriotes venus des Antilles, de l’Océan Indien, de l’Atlantique Nord ou du Pacifique. Maeva, Manava e Iaorana.

La semaine prochaine se tiendra à Paris le congrès des maires de France.

Beaucoup d’entre vous y assisteront. La Polynésie y sera fortement représentée, comme chaque année.

C’est une occasion de resserrer nos liens avec la métropole et de mesurer la diversité, mais aussi les similitudes, des 36 000 communes qui constituent la République française.

Les communes d’Outre-Mer ont des intérêts communs qui les rapprochent malgré leur diversité et leur dispersion. L’existence même du Ministère de l’Outre-Mer prouve que nous sommes perçus par l’Etat comme un ensemble cohérent. Même si nous sommes conscients de nos différences et plus sceptiques sur cette approche, les maires des communes d’Outre-Mer doivent en tenir compte. Ils seront nécessairement plus efficaces lorsqu’ils agiront de façon concertée et cohérente.

Je pense par exemple aux menaces qui pèsent sur les revenus de nos retraités. Nous avons sur ce sujet, comme sur bien d’autres, tout intérêt à parler d’une seule voix. Et le Ministère de l’Outre-Mer est lui-même plus efficace lorsqu’il intervient pour l’ensemble des communes que lorsqu’il essaie de répondre, au coup par coup, aux attentes de quelques unes.

Je me doute bien que la vie quotidienne à Saint-Pierre et Miquelon est sensiblement différente de celle que nous connaissons à Bora-Bora. Mais, ici comme là bas il faut gérer le personnel communal, collecter les déchets, distribuer l’eau potable, assainir les eaux usées, entretenir la voirie et scolariser les enfants.

Il faut obtenir les ressources nécessaires par les taxes, les redevances et les subventions. Il faut enfin gérer les relations avec les collectivités plus larges : l’Etat mais aussi le département, la région le territoire ou le pays. Je suis certain que cette rencontre donnera l’occasion à beaucoup d’entre vous de tirer profit de l’expérience de collègues qui ont résolu antérieurement des problèmes que vous rencontrez aujourd’hui.

Une des grandes richesses de l’Outre-Mer c’est que les institutions n’y sont pas figées. Il est plus facile de les faire évoluer et d’innover à l’échelle  de nos collectivités que pour l’ensemble de la République.

 La Polynésie française, comme la Nouvelle-Calédonie, sont déjà allées très loin dans la voie de l’innovation. Et en ce qui nous concerne nous nous apprêtons à franchir une nouvelle étape particulièrement importante. Confrontées à des problèmes spécifiques différents de la situation métropolitaine, nos collectivités, surtout lorsqu’elles disposent d’une réelle autonomie, sont des champs d’expérimentation dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de l’équilibre des institutions, de l’organisation administrative, de la fiscalité, de l’emploi, du développement économique ou de la solidarité sociale, nous devons innover si nous voulons répondre aux besoins spécifiques de nos populations.

 Nous avons tous intérêt à connaître l’expérience des autres.

J’espère aussi que ce congrès permettra de dégager, au delà de l’extrême diversité de vos situations, quelques priorités communes pour mieux vous faire entendre et mieux servir vos administrés.

Les maires de Polynésie française attendent beaucoup de cette rencontre.

Ils ont beaucoup à apprendre de votre expérience.

L’institution communale est relativement récente chez nous.

Notre capitale, Papeete, a été érigée en commune en 1890 mais la plupart des communes de Polynésie datent seulement de 1971.

Malgré cette création récente, le statut de nos communes est dépassé et la loi communale qui sera prochainement votée par le Parlement le fera évoluer pour donner à nos communes une véritable autonomie. Actuellement les communes de Polynésie française sont placées sous la tutelle de l’Etat. Les délibérations du Conseil municipal ne sont exécutoires qu’après approbation explicite de l’Administrateur d’Etat, c’est à dire l’équivalent du sous-préfet dans les départements.

C’est une situation intolérable qui a disparu en métropole et dans les départements d’Outre-Mer depuis 21 ans.

Les maires de Polynésie sont considérés comme des mineurs incapables d’assumer les responsabilités que les électeurs leur ont confiées. J’ai l’intention de déposer un amendement à la loi pour que les maires de Polynésie échappent désormais à cette tutelle injustifiée. L’Etat contrôle étroitement nos communes mais ne leur fournit pas pour autant les ressources qui leur sont nécessaires. Beaucoup de communes, notamment dans les îles éloignées ne peuvent pas compter sur des recettes fiscales significatives. Elles ont absolument besoin de subventions. Il existe à cet effet un fonds Intercommunal de Péréquation, le FIP, qui permet de fournir à chaque commune un minimum de ressources. Ce fonds est géré par l’Etat mais il est alimenté en quasi-totalité par le Territoire. Nous versons chaque année au FIP 15 % de tous les impôts et taxes prévus à notre budget, même si les recettes correspondantes ne sont pas réalisées.  Cela représente actuellement un peu plus de 110 millions d’Euros par an.La contribution de l’Etat n’atteint même pas 10% de celle du Territoire et comme le montant de cette contribution reste figé alors que la nôtre ne cesse d’augmenter, la part de l’Etat dans le financement des communes diminue chaque année. Nous espérons que la future loi communale augmentera la contribution de l’Etat et l’indexera sur la D.G.F.

Nous attendons également de cette future loi la création d’une véritable fonction publique communale. Malgré l’importance de sa contribution au budget des communes, par l’intermédiaire du FIP, le Territoire n’avait, jusqu’en 1996, aucune possibilité d’intervenir directement pour aider une commune à réaliser un projet. Heureusement cette lacune a été comblée en 1996 et nous avons aussitôt créé une Délégation au Développement des Communes qui est dotée de moyens importants. Nous pouvons ainsi subventionner des projets utiles à la population en fonction des priorités que nous retenons et que nous portons naturellement à la connaissance de tous les Maires.  Depuis sa création, la Délégation au Développement des Communes a attribué des subventions pour un montant de 11 milliards FCP, soit environ 93 millions d’Euros. Nous avons ainsi permis à de nombreuses communes de réaliser des  projets   d’adduction   d’eau potable, d’électrification, de voirie, d’achat de gros matériels (camions, excavateurs, dragues), d’assainissement des eaux usées ou d’équipement publics divers qu’elles n’auraient jamais pu entreprendre sans notre aide. Les Maires de Polynésie française, conscients de la nécessité de partager leurs expériences, leurs réflexions et leurs projets afin de progresser ensemble, ont créé le Syndicat pour la Promotion des Communes de Polynésie française. Cet organisme est pour eux un appui permanent et leur apporte aide et conseil en toutes circonstances. L’efficacité du Syndicat pour la Promotion des Communes de Polynésie française doit beaucoup à la compétence, à l’habileté et à la ténacité de son Président, Gaston TONG SANG, Maire de Bora-Bora, qui vous accueille aujourd’hui et que je vous demande d’applaudir.

Je voudrais, pour terminer, remercier les organisateurs de ce congrès, d’avoir choisi la Polynésie française. J’espère que, malgré votre programme de travail assez chargé, vous aurez le temps d’apprécier la beauté de nos paysages et l’hospitalité chaleureuse des Polynésiens. Mais, au terme de votre trop bref séjour vous n’aurez vu que Bora-Bora. Ce n’est pas rien mais, que mon ami Gaston me pardonne, Bora-Bora ce n’est pas toute la Polynésie. Ce n’est que l’une de nos 118 îles et, pour moi qui les connais toutes il y en a d’autres qui sont au moins aussi belles, ici même aux Iles Sous Le Vent, comme Huahine ou aux Marquises, aux Australes et bien-sûr à Mangareva. Alors si vous vous interrogez sur l’endroit où vous tiendrez vos prochains congrès, je vous propose de revenir en Polynésie. Nous avons encore beaucoup d’îles très différentes à vous montrer.

La seule chose que vous retrouverez partout vraiment identique c’est la chaleur de l’accueil et l’amitié que vous témoigneront les Polynésiens. Merci de votre attention, Que ce congrès soit fructueux pour tous.

***

*

Intervention de M.Michel MATHIEU

Intervention de Monsieur Jean-Pierre Théodore ROUMILLAC,
Maire de Matoury,
Président de l’Association des Maires de Guyane, Président de l’A.C.D’.O.M.

Monsieur le Représentant du Secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer,

Monsieur le Président du Conseil Général,

Monsieur le Président de l’Association des Maires de France, représenté par Monsieur Pierre HERISSON,

Monsieur le Président de l’Association des Maires de la Réunion,

Monsieur le Député-Maire de Saint-Denis de la Réunion,

Madame la Députée des Seychelles,

Monsieur le Représentant de la délégation de Madagascar,

Monsieur le Représentant de la délégation de Polynésie française,

Monsieur le vice-Président de l’A.C.D’.O.M. pour la Guadeloupe,

Monsieur le vice-Président de l’A.C.D’.O.M. pour la Martinique,

Monsieur le vice-Président de l’A.C.D’.O.M. de Mayotte,

Monsieur le vice-Président de l’A.C.D’.O.M. pour la Réunion,

Monsieur le Président de l’Association des Maires de la Guadeloupe,

Mesdames et Messieurs les Maires et les élus communaux de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique, de Mayotte et de la Réunion,

Monsieur le Président du Conseil Général de la Guyane, représenté par Monsieur Claude POLONY,

Mesdames et Messieurs les représentants des structures intercommunales d’Outre-Mer,

Chers délégués, Mesdames, Messieurs, c’est un immense honneur et un immense plaisir pour le bureau de l’A.C.D’.O.M. et pour moi-même, de vous accueillir ici, à Saint-Denis de la Réunion, dans la prestigieuse enceinte du Conseil Général, à l’occasion du 9ème Congrès de notre association, qui, depuis notre 8ème assemblée plénière en Guyane, est devenue l’Association des Communes d’Outre-Mer. Bienvenue à tous à notre Congrès de l’an 2000.

Bienvenue aussi, et merci à tous d’avoir répondu si nombreux à notre invitation, en dépit des contraintes liées à la distance, aux préoccupations, aux charges qui sont les vôtres, pour l’exercice de vos fonctions, dont chacun de nous mesure quotidiennement les difficultés. Je voudrais en cette occasion, remercier tout particulièrement Monsieur le Président de l’Association des Maires de France qui, empêché, a bien voulu se faire représenter par Monsieur Pierre HERISSON, Maire de SEVRIER, et membre du bureau de l’A.M.F..

Merci aussi à Monsieur le Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer qui, malgré une invitation tardive, et sa récente nomination aux fonctions qu’il occupe à présent, a tenu à se faire représenter par deux de ses éminents collaborateurs, en la personne de Monsieur Marc ABADIE et de Monsieur Martin LECOEUR.

J’adresse un salut fraternel et chaleureux à nos amis de la Polynésie française, qui venus du cœur de l’Océan Pacifique, nous ont fait à nouveau l’amitié d’être présents à nos côtés.

Je salue aussi fraternellement nos amis de Mayotte, et tout particulièrement mon homologue de l’Association des Maires, Ahmed MADI qui siège depuis un an déjà, de manière officielle au sein de notre Association. Je tiens à présenter mes salutations respectueuses et amicales à Madame Florence BENSTRONG, Députée-Maire de Victoria aux Seychelles, ainsi qu’aux représentants de l’Ile Maurice et de Madagascar qui nous honorent de leur présence.

Parce que je sais combien est éprouvant le voyage depuis les Antilles et la Guyane, je salue et remercie mes collègues de la Guadeloupe, de la Martinique, et bien sûr de la Guyane, en accordant une attention particulière à mes collègues José TORIBIO, Maire du Lamentin, Vice Président de l’A.C.D’.O.M. pour la Guadeloupe, et Garcin MALSA, Maire de Sainte-Anne, Vice Président de l’A.C.D’.O.M. pour la Martinique, qui, en leur qualité de membres fondateurs peuvent prendre la mesure du chemin parcouru depuis la signature de nos premiers statuts au mois de février 1991.

Et, je ne saurai poursuivre mon propos sans bien sûr saluer cordialement et très chaleureusement tous nos amis de la Réunion qui

nous accueillent dans leur île merveilleuse.

Merci à mon ami et collègue Maire de Saint-Denis et Député Michel TAMAYA, qui nous accueille dans sa belle ville, chef-lieu du département de la

Réunion, commune la plus peuplée de l’Outre-Mer dont elle est la capitale durant ces deux journées.

Merci à mon ami Roland ROBERT, Maire de la Possession, et Vice Président de l’A.C.D’.O.M., qui m’a été d’un précieux concours pour établir les relations avec les Seychelles, l’Ile Maurice et Madagascar, partenaires de proximité de «l’Ile intense».

Merci aussi à mon ami et collègue Jean-Louis LAGOURGUE, Président de l’Association des Maires de la Réunion, qui en mettant ses collaborateurs et collaboratrices à ma disposition, nous a permis d’organiser matériellement ce Congrès depuis la Guyane, ce qui n’a pas été un mince défi à relever.

Enfin je me dois d’adresser mes remerciements à Monsieur le Président du Conseil Général de la Réunion, qui dès mes premières sollicitations a mis à disposition spontanément et gracieusement les locaux ainsi que les moyens logistiques et humains de sa collectivité pour la tenue de notre 9ème Congrès.

Merci à tous du fond du cœur car ce Congrès constitue à nos yeux la plus belle illustration de ce que nous pouvons réussir grâce à la force de notre union et de notre solidarité.

Ces 23 et 24 octobre 2000, figureront, j’en suis intimement convaincu, parmi les dates les plus importantes de l’histoire de notre jeune association. Tout d’abord, parce que préparant notre entrée dans le troisième millénaire, ce 9ème Congrès est le dernier du siècle qui s’achève. Ensuite, et parce que depuis sa création en février 1991, c’est la première fois que l’A.C.D’.O.M. tient son Congrès sur l’Ile de la Réunion, aux portes de l’Océan Indien, alors que je ne peux oublier que ce sont nos amis Réunionnais et plus particulièrement mon ami Gilbert ANNETTE, alors Maire de Saint-Denis, qui, au cœur de la Caraïbe, donnèrent l’impulsion qui conduisit à la fondation de l’Association des Communes des Départements d’Outre-Mer de manière presque confidentielle, en marge de ce Congrès des SEM, comme l’ont dit bien sûr ceux qui m’ont précédé, en Guadeloupe.

En effet, débattant des difficultés liées à la gestion des SEM d’Outre-Mer, et sous l’égide de la Fédération Nationale des SEM, quelques Maires ultra-marins décidaient pour la première fois de mettre en commun leur expérience et leurs réflexions prenant conscience, qu’en dépit des distances séparant leurs régions respectives, qu’en dépit également des particularismes liés à leur histoire, et à leur environnement géographique, leurs préoccupations participaient de problématiques souvent très proches, voire identiques.

Ces points de convergence dans la démarche résultant notamment d’une configuration démographique caractérisée par la forte représentation des jeunes, à un taux de chômage appartenant au même ordre de grandeur, de retards en matière d’équipement également préoccupants, d’une hypertrophie du secteur tertiaire analogue, d’un isolement géographique des centres de décision nationaux, tout aussi contraignants sur le plan économique, d’une balance commerciale structurellement déficitaire, et d’une pléthore de textes et de règlements tout aussi souvent inadaptés aux réalités locales.

En fait, les domaines où s’expriment ces similitudes pourraient se décliner à l’infini. Paradoxalement, cette perception intuitive de la prise en compte de ces analogies, de ces similitudes pouvant constituer un formidable tremplin unitaire pour une formulation cohérente de nos souhaits, une expression forte de nos attentes, une présentation claire de nos propositions, a mis du temps à s’imposer au champ de notre conscience pour qu’elle puisse se traduire dans les faits et dans l’action.

Je me souviens encore de l’époque où, jeune Maire, participant à mon premier Congrès de Maires de France, je découvrais avec émerveillement la diversité et la richesse de la représentation ultra-marine à l’occasion de la journée d’Outre-Mer organisée, comme vous le savez à l’Hôtel de Ville de Paris, puis au cours de la réception traditionnelle de la Rue Oudinot, à travers les délégations de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion, de Mayotte, de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française, de Saint-pierre et Miquelon, et de Walis et Futuna.

En fait, hormis nos compatriotes polynésiens, reconnaissables aux colliers de fleurs et de coquillages que portaient la plupart des membres de leur délégation, je ne pouvais identifier le territoire d’origine de mes autres collègues d’Outre-Mer que lors de la remise des badges. Vous vous souviendrez peut-être qu’en dehors des timides saluts de reconnaissance, entre originaires d’Outre-Mer, nous n’avions que peu d’échanges entre nous. Je me souviens quant à moi que les motions sur lesquelles nous avions travaillé et que nous avions prises lors de cette journée de l’Outre-Mer, ne participaient pas au débat de la plénière du Congrès de l’Association des Maires de France, et ne figuraient qu’après moult coupures et élisions, en l’annexe de la résolution finale.

En fait, j’ai gardé de cette époque le sentiment que notre participation au Congrès des Maires de France, n’était que symbolique et attestait simplement que, conscient de notre rôle et des responsabilités découlant de notre mission d’élus, nous étions attachés à cette institution républicaine que représente nos institutions communales.

Sans doute, vous a-t-il semblé que cette évocation était empreinte de quelque amertume ? Pas du tout, puisqu’à l’époque, je n’avais encore aucune idée de ce que pouvait représenter la force de l’Outre-Mer. Bien au contraire, je m’employais durant mon séjour à Paris, à présenter quelques dossiers importants ou complexes, que je jugeais suffisamment aboutis, auprès de certaines instances et personnalités ; au même titre, et conformément à une démarche identique d’un certain nombre de mes collègues d’Outre-Mer que je croisais pour l’occasion dans les couloirs et les antichambres des bureaux parisiens.

Parfois cela marchait, mais le plus souvent, l’aboutissement faisait cruellement défaut. Ce n’est qu’à l’occasion du premier Congrès de l’Association des Communes d’Outre-Mer, en 1992, que je compris combien nous gagnerions à mettre en œuvre cette force incomparable que nous procurait une démarche unitaire.

Cette longue période, durant laquelle nous nous sommes privés nous-mêmes, s’explique sans doute par cette méconnaissance, cette ignorance que nous avions les uns des autres. Mais d’autres facteurs corollaires sans doute, peuvent être évoqués avec la même force explicative.

En effet, en raison de notre insularité, l’exception continentale de la Guyane s’effaçant si l’on rapporte cette approche et ce concept d’isolement que nous partageons tous, nous fûmes le plus souvent enclins à une approche égoïste, voire nombriliste, de nos réalités.

Mais peut-on vraiment nous le reprocher quand on sait la somme des énergies qu’il nous faut inlassablement déployer pour faire reculer le seuil de l’explosion sociale, dont les détonateurs sont constamment activés par le niveau insupportable du taux de chômage, l’acuité et la permanence de la crise du logement, l’incertitude récurrente des jeunes quant à leur avenir, la montée de la délinquance, l’importance des flux migratoires et la faiblesse de leur contrôle, l’insuffisance du niveau des équipements structurants, et bien d’autres indicateurs qui nous relèguent dans les zones les plus rouges des tableaux de bord nationaux.

Pourtant, malgré nos efforts, et particulièrement dans le domaine de l’emploi, ce qui est trop souvent et trop activement reproché à nos collectivités communales, nos sociétés connaissent épisodiquement de graves secousses sociales exprimant le mal-être de nos populations.

Je cite pour mémoire la crise du Chaudron ici-même, à la Réunion en 1992, la révolte des Lycéens en Guyane, en 1996, le blocage du port de Fort-de-France et des activités économiques par les petits planteurs de la banane à la Martinique en 1998, la paralysie de plusieurs institutions communales en Guadeloupe par les grèves en 1999, et je passe sous silence toutes les crises sociales qui frappent régulièrement et trop fréquemment nos collectivités dont toutes ne sont pas imputables aux confusions s’exprimant ici et là entre action syndicale et activisme politique.

Mais force est de constater, et cela est fort regrettable, qu’à l’occasion de ces tensions sociales, les instances gouvernementales et nationales semblaient plus réceptives à nos demandes.

Malheureusement, les solutions apportées à l’issue de ces épisodes marquants, et qui s’avéraient le plus souvent sectorielles, aboutissaient de ce fait à un apaisement social fragile et très aléatoire.

Or, l’absence d’un plan concerté, dans un système administratif, juridique et décisionnel uniformisé, pour un monde ultra marin aux réalités multiples, fait qu’il est illusoire de croire que nous pouvions spontanément nous libérer des travers de l’égocentrisme et du «chacun pour soi».

Bien au contraire, chaque étape franchie, chaque avancement de dossier obtenu selon nos propres convictions, notre capacité ou notre habileté à faire valoir notre singularité, nous incitaient à solliciter les instances gouvernementales plus que jamais, en ordre dispersé, parfois même sur un mode concurrentiel, allant même jusqu’à la rivalité voire même vers des antagonismes larvés et inavoués.

En dépit de l’avancement de certains de nos dossiers et des réponses apportées à certains de nos problèmes, nous avions confusément le sentiment que nos actions se résumaient à « poser un cautère sur une jambe de bois «, car les maux dont souffraient nos sociétés nécessitaient des remèdes plus radicaux et une approche plus globale qui ne pouvait se concevoir en fait, que dans une démarche unitaire respectueuse de nos particularités et de nos spécificités.

Nous pouvons affirmer aujourd’hui que cette exigence est enfin comprise et que la démarche est acceptée. Et les résultats sont là;tangibles, indéniables. En moins de dix ans, malgré les distances qui nous séparent, aux quatre coins des océans, nous avons su, au travers de nos différents congrès, combler les gouffres d’ignorance réciproques qui nous séparaient, franchir les montagnes d’incompréhension qui nous divisaient, pour devenir la force prépositionnelle agissant pour le bien de l’ensemble des communes d’Outre Mer. Car c’est d’elles qu’il s’agit. Distincte des Associations Départementales des Maires, par rapport auxquelles elle se positionne en termes de complémentarité et de relais, l’A.C.D’O.M., à laquelle adhèrent aujourd’hui plus de 80 communes, constitue un lieu privilégié où s’expriment avec force et clarté toutes les aspirations les préoccupations des élus des communes d’Outre-Mer, afin de les

traduire en motions, résolutions et propositions soutenues par la dynamique unitaire de tous, et respectueuses de la volonté identitaire de chacun.

Depuis qu’en 1996, nous avons obtenu que nos motions et résolutions ne figurent plus en annexe mais soient intégrées à la motion finale des Congrès des Maires de France, il ne peut être nié que notre association a joué un rôle éminent pour la prise de conscience par les plus hautes instances nationales que, maintenant, devaient être reconnues notre volonté et notre capacité à prendre notre destin en main au sein de la République.

De même qu’il ne peut y avoir de doutes sur le fait que nos analyses, nos réflexions, nos propositions aient pesé d’un poids déterminant pour la mise en chantier et l’adoption récente par l’Assemblée Nationale de la loi d’orientation pour l’Outre-Mer, dont nous nous efforcerons d’analyser les adéquations avec nos attentes et nos aspirations d’élus communaux, à travers les travaux de notre présent Congrès.

Mais ne nous y trompons pas : loin de la considérer comme un aboutissement devant nous conduire à la démobilisation à laquelle s’expose toute personne ayant le sentiment du devoir accompli, nous devons percevoir cette loi comme une étape qui nous permettra d’être mieux armés pour affronter les multiples défis qui nous attendent encore à l’aube du troisième millénaire.

Au moment où la mondialisation des moyens de communication met la planète à notre portée immédiate par l’intermédiaire du réseau Internet, nous devons avoir une connaissance plus aiguë de nos retards et de nos handicaps et être plus déterminés que jamais à rattraper les uns et à surmonter les autres. Sans doute parce que nous l’avons souhaité, la loi d’orientation pour l’Outre Mer nous ouvrira-t-elle des pistes adaptées à chacune de nos particularités régionales, et aux attentes spécifiques de nos populations respectives.

Cependant, il nous appartiendra de rester vigilants pour que les décrets d’application y afférent, ne demeurent pas trop Iongtemps dans les sphères de l’indécision, de l’expectative et de la tergiversation car nos sociétés demeurent irrémédiablement au bord de l’explosion, notre jeunesse cultive plus que jamais l’impatience de sortir de la crise qui les atteint.

Il est urgent d’agir. La volonté de mettre en œuvre les solutions nécessaires, nous l’avons depuis longtemps, de nouvelles compétences institutionnelles nous seront bientôt acquises grâce à la mise en oeuvre de la loi d’orientation.

Qu’en sera-t-il, cependant, des moyens ?

Certes, la loi prévoit un certain nombre de dispositifs spécifiques et nouveaux pour dynamiser le développement économique et l’emploi, mais nous devrons veiller à ce que toutes les nouvelles compétences dont nous hériterons soient accompagnées de transferts de moyens adéquats pour les assumer. Notre inquiétude sur ce point est d’autant plus forte que nos communes sont confrontée aujourd’hui à une problématique extrêmement scabreuse, du fait de la mise en application imminente de l’ensemble des dispositifs de la loi portant sur la départementalisation des services d’incendie et de secours.

En effet, alors qu’elles sont, pour la plupart, financièrement exsangues eu égard à la faiblesse de leurs ressources et à l’importance de leurs charges, nos communes se voient acculées à financer les services départementaux d’incendie et de secours, alors que bien que n’étant plus en charge de la gestion de cette structure, les Maires en garde la responsabilité tant au plan pénal que juridique. Cette situation justifie parfaitement l’impérative nécessité de notre mobilisation unitaire.

D’autres projets de loi importants sont en préparation, tel que celui relatif à la solidarité et au renouvellement urbain, le projet de la loi de finances 2001 qui implique un nouveau dispositif de soutien fiscal pour l’investissement en Outre-Mer adopté ces derniers jours, et celui relatif à la mise en œuvre d’une décentralisation plus poussée, prenant acte du rapport MAUROY, remis dernièrement au Premier Ministre. Ces lois modifieront considérablement les conditions dans lesquelles s’exercent nos missions.

Un autre chantier important s’ouvre à nous : celui de la montée en puissance de la coopération décentralisée. En effet, acteurs de la vie économique et sociale, nos communes ne pouvaient ignorer les perspectives que pouvaient leur offrir leur environnement géographique, dans la perspective de leur développement économique, social et culturel.

De fait, bien que subissant les effets pervers d’une économie de transferts, nos régions apparaissaient souvent aux yeux de nos voisins, comme des zones de prospérité. Bien qu’illusoire, cette image tient à notre niveau de vie artificiellement élevé, à la qualité de notre couverture sociale, et celle de notre système éducatif, même si ce dernier est en proie à de profonds et constants questionnements.

Tandis que bon nombre de nos jeunes qualifiés sont en marge de la société faute d’emplois, nous avons, avec une certaine constance, toujours évité d’ouvrir nos yeux à notre propre environnement géographique alors que certains viennent des antipodes pour y exercer leur savoir et des savoir-faire que nous détenons-nous aussi.

Nous savons tous que cette situation relève d’anciennes habitudes ! Partie intégrante, au plan institutionnel, de l’Europe, nous faisons aussi partie intégrante, au moins à titre physique de nos régions respectives, du Pacifique, de l’Océan Indien, des Caraïbes ainsi qu’au continent sud-américain. Pourtant, hormis nos voyages d’agrément, rares furent nos relations avec nos voisins qui peuvent nous apporter autant que nous pouvons leur fournir tant dans le domaine culturel que dans le domaine économique. Certes des amorces ont déjà été faites dans le domaine sportif, tant à la Réunion, qu’aux Antilles, qu’en Guyane, ainsi que dans le domaine culturel, mais nous devrons aller plus loin. Je crois savoir que nos amis réunionnais ont fait un grand pas dans ce sens avec les récentes floralies internationales de l’Océan Indien auxquelles ont participé pour la cinquième année consécutive l’ensemble des horticulteurs professionnels de ce vaste espace.

Aujourd’hui, il nous faut pourtant franchir une étape nouvelle, celle qui nous permettra d’ouvrir à nos jeunes une perception du monde plus vaste encore que celle comprise entre la Tour Eiffel et le Piton de la Fournaise pour la Réunion, la Soufrière pour la Guadeloupe, la Montagne Pelée pour la Martinique, et le Mont TUMUC HUMAC pour la Guyane.

En nous ouvrant de la sorte au monde qui nous entoure, nous nous ouvrons et nous nous révélons à nous-mêmes. La longue gestation de la loi d’orientation, du fait des affres de l’attente, a pu provoquer ici et là, la résurgence de notre inclinaison à l’égocentrisme et de notre propension à occulter sous le voile du repli sur soi, nos craintes légitimes quant à notre devenir.

Nous serions condamnables en laissant libre champ à ces dérives si nous agissions avec d’autres préoccupations que celle servir l’intérêt supérieur de nos régions respectives.

Mais c’est avec une conviction profonde, une foi inébranlable, qu’au seuil de ce nouveau millénaire, j’envisage l’avenir de l’A.C.D’O.M. car une vitalité croissante et la force de son union, sont à mes yeux les seuls gages du devenir de la société ultra-marine. Ensemble, relevons ce défi, vive l’Association des Communes d’Outre-Mer.

Contribution de la commune de Saint Anne (Martinique)

CONTRIBUTION DE LA COMMUNE DE SAINTE ANNE – MARTINIQUE

QU’EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET L’AGENDA 21

Par M. Albert ZAIRE

Pour comprendre il faut remonter le temps sur une trentaine d’années, les conférences des Nations Unies sur Environnement et Développement en 1972 à Stockholm. La première conférence des nations unies sur l’homme et l’environnement fait apparaître la notion d’éco développement qui deviendra plus tard le développement durable.

En 1987 Mme GRO HARLEM BRUNDTLAND, Ministre de l’environnement de Norvège, pour la première fois met l’accent sur la nécessité de mettre en oeuvre un développement qui permette de satisfaire nos besoins actuels sans compromettre les besoins des générations futures.

Pour la première fois sont liées les notions d’environnement et de solidarité envers les générations ce qui induit le principe de précaution (pas d’action ou de décision irréversible).

En 1992, Sommet de la Terre à Rio

 

Plus de 150 Chefs d’Etat signent un programme d’action pour le 21e siècle, I ‘AGENDA 21, (y compris la France) composés de principe pour concilier la protection de l’environnement, le développement économique et l’équité sociale.

Selon ces principes, la protection de l’environnement ne peut être considérée isolément mais doit faire partie intégrante du processus de développement. Le Sommet de la terre fut à cet égard une étape décisive : d’abord par la très forte mobilisation des Chefs d’Etat ensuite par la reconnaissance de l’interaction entre le social, l’économie et l’environnement.

Il est important de souligner que le développement durable ne se limite pas à des mesures de management environnemental.

Autre notion fondamentale du développement durable : la participation des citoyens (nouvelle gouvernance).

– Certains parlent de développement désirable.

Le développement durable est un mode de développement qui place l’être humain au coeur des décisions;

–         un outil de décloisonnement

–          

LES PRINCIPALES IMPLICATIONS SUR LE PLAN POLITIOUE DF CETTE NOTION DE DEVELOPPEMENT DURABLE

 

La solidarité — la lutte contre l’exclusion

«La pauvreté est la plus grande forme de pollution» disait Indira GANDHI. Le sommet de Rio introduit le progrès social, la lutte contre les inégalités, la pauvreté et l’exclusion parmi les composantes du Développement Durable. Approche liée bien entendu au respect de la dignité humaine, à son intégrité physique et morale mais aussi à l’économie et à l’écologie.

La dégradation de l’environnement touche en premier lieu les plus démunis et la pauvreté est source de dégradation de l’environnement.

DU GLOBAL AU LOCAL. DU LOCAL AU GLOBAL

Le Sommet de Rio met sur le devant de la scène scientifique et politique les interactions entre les impacts locaux et planétaires et les phénomènes globaux qu’entraîne la superposition de décisions locales.

Le réchauffement climatique est une bonne illustration de cette interaction : les villes qui s’engagent dans une politique de réduction de gaz à effet de serre contribuent à la fois à la prévention des pollutions locales et à la lune contre le réchauffement global. Cette notion légitime la collectivité en tant qu’échelle de concrétisation des objectifs du Développement Durable.

TRANSVERSALITE – MULTIDISCIPLINARITE

Dans la pratique, il s’agit de prendre en compte la complexité et l’interdépendance des phénomènes et l’ensemble des impacts d’une décision dans l’espace et dans le temps.

Un avantage acquis sur le plan économique ne peut justifier une dégradation environnementale. Il faut donc se doter d’outils techniques, économiques, politiques pour gérer des systèmes et non plus chaque élément du système séparément.

Toute décision devient une prise de risque collective et la seule issue démocratiquement acceptable se fonde sur un partage réel du dialogue admettant la plus grande diversité possible.

LA GOUVERNANCE

La gouvernance est le mot consacré dans le champ du développement durable pour caractériser une procédure de décision alliant démocratie « délégative » (élective) et participative.

L’Agenda 21 Local ou la Ville Durable

L’Agenda 21 conçu à Rio mentionne dans son Chapitre 28 la nécessité pour les collectivités locales de s’impliquer dans la réalisation des objectifs du Développement Durable, en mettant en oeuvre des chartes du développement durable, appelées Agenda 21 locaux.

QU’EST-CE QU’UN AGENDA 21 LOCAL ?

L’Agenda 21 constitue le plan de développement d’une collectivité pour le 21e siècle. C’est une démarche tout à la fois de réflexion stratégique, de concertation et d’action pour réaliser une ville durable, garantissant le développement économique, la préservation de l’environnement et le bien être des citoyens. Le Chapitre 28 de l’agenda 21 des Nations Unies reconnaît l’importance fondamentale du rôle des collectivités dans l’application concrète du concept de développement durable.

II n’y a pas d’agenda 21 sans décision politique, sans volonté politique, en ce sens le rôle du premier élu est déterminant.

L’agenda 21 nécessite de repenser la politique de la ville et de définir une nouvelle structuration de l’action publique. L’implication du l élu est donc incontournable.

C’est une action qui nécessite une révolution des mentalités, une véritable révolution culturelle.

Ateliers

Atelier 1 : Restauration collective partenaire du développement durable pour les secteurs Agriculture, Pêche, Elevage

SYNTHESE ATELIER N°1

Restauration collective partenaire du développement durable pour les secteurs Agriculture, Pêche, Elevage.

  

Président : Monsieur Guy OVIDE ETIENNE, Président de I’ODEADOM

Rapporteur : Madame Claire LESDEMA TUNORFE , Conseiller Général du Lamentin en Martinique

L’atelier aborde la problématique de la politique agricole dans les régions de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Mayotte, Réunion et Saint Pierre et Miquelon, afin que l’économie agricole soit une réalité répondant aux attentes des agriculteurs.

Il s’agit aujourd’hui d’engager des actions pour :

  • garantir un revenu aux producteurs,
  • fixer une population rurale,
  • Sauvegarder un savoir faire ancestral et une bio diversité.

L’association de ces trois éléments constitue le terreau d’un développement durable. L’ODEADOM a comme objectif de redonner confiance aux agriculteurs car en Outre-mer il existe de réelles possibilités de croissance en export et en import. Il s’agit de prendre en compte les réalités des exploitations agricoles et à ce titre, des actions ont été arrêtées qui consistent à définir une cohérence globale du développement, un programme sectoriel, permettant d’avoir une vision globale afin de satisfaire les agriculteurs. Cette action aura pour objectif de sauvegarder les cultures, l’environnement, d’assurer l’emploi et de participer à l’aménagement du territoire. Il s’agit de s’attaquer aux limites structurelles et développer des partenariats avec les collectivités locales, l’Etat et les grands distributeurs.

Ensuite rapprocher les centres de décisions afin de mesurer l’impact réel des actions engagées sur le terrain avec le concours des agriculteurs et enfin achever la construction de l’agriculture Outre-mer dans une démarche de développement durable.

Au-delà de ces aspects, la problématique aujourd’hui est de trouver les bonnes méthodes pour établir les partenariats entre la grande distribution et les collectivités locales qui, du reste, constitue l’élément fondamental pour un développement agricole et rural. Il y a des enjeux, un défi à relever et un partenariat à amplifier afin de dépasser la logique actuelle marquée par l’économie d’exploitation.

A titre d’illustration, les expériences menées en Martinique ont contribué fortement à améliorer la qualité et la quantité des produits, par la signature d’une charte avec la grande distribution qui obligeait les agriculteurs à prévoir une organisation et une planification de leurs activités.

Cette organisation a favorisé l’intégration de la production locale dans le domaine de la Restauration scolaire et provoqué un effet de levier puisque plusieurs filières ont connu une augmentation comme le concombre qui est passé à 6000 tonnes, alors qu’il était de 2000 T il y a 2 ans, la salade à 4200 T et également les tomates dont le tonnage atteint aujourd’hui 6000 T.

Force est de constater que le développement durable passe par l’établissement de partenariat avec la Grande distribution et la restauration collective pour assurer la sauvegarde du patrimoine en évitant une acculturation alimentaire agressive.

L’intervention du président a ouvert le débat.

Les élus de Mayotte font part de l’inexistence de structures de restauration dans leur pays en raison de méthodes culturelles puisque les écoles fonctionnent en demi-journée et que la question ne s’était pas posé jusqu’ici d’une part et que d’autre part, l’agriculture est le parent pauvre puisque aucune subvention n’est prévue pour son développement. Les personnes abandonnent ce secteur d’activité au profit du tertiaire.

Cependant, il y a une problématique naissante car de plus en plus les familles ont une activité et l’organisation actuelle devient un obstacle. En conséquence, la réflexion à Mayotte est d’assurer un service de restauration pour les enfants scolarisés qui répond non seulement à un impératif économique mais également de santé publique.

L’autre handicap évoqué est lié à l’aspect phytosanitaire. En effet, l’utilisation des pesticides est un danger pour l’Agriculture et parler de développement durable c’est aussi trouver les moyens pour gommer ces effets pervers. Donc, le principe de précaution trouve sa légitimité car il permet non seulement de réduire le nombre d’accidents, mais il a aussi pour ambition de mieux contrôler les produits et en même temps de contribuer à améliorer leur qualité. Le réseau FAR ( Forum Agriculture Raisonnée) est aussi un moyen utilisé pour éviter l’utilisation de pesticides.

Ensuite, l’autre obstacle soulevé est l’organisation de la profession qui est aujourd’hui fondamentale. Cette organisation suppose une capacité productive des agriculteurs suffisante permettant de répondre aux appels d’offres lancés par les collectivités, et la mise en place d’actions de formation en direction des agriculteurs quant à l’utilisation des produits ainsi qu’à celui de l’amélioration de la quantité et qualité de ces derniers.

Enfin, les habitudes alimentaires des enfants, il faut désormais réfléchir sur la définition des menus et envisager la transformation des produits locaux, pour qu’ils soient acceptés par les enfants. L’exemple de la pomme patate en Guadeloupe en est l’illustration, produit à partir de la patate douce et de la pomme de terre.

La restauration collective ne sera le partenaire du développement durable pour les secteurs agriculture, pêche et élevage qu’à la condition que les activités pêche, élevage et agriculture soient organisés en quantité et en qualité accompagné d’une politique de rééducation des familles et l’engagement des élus politiques en termes d’orientations et d’investissement à réaliser.

Fort des interventions de chacun, les élus de Mayotte en pleine réflexion sur le sujet, sont très inquiets en raison de l’absence de structures telles que les chambres d’agriculture et de financement permettant l’émergence du secteur primaire à mayotte. À l’instar des régions de la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion, ils demandent à bénéficier des structures identiques.

Une motion a d’ailleurs été proposée pour soutenir les élus de Mayotte dans leur démarche car celle-ci répond à un double impératif celui de lutter contre la malnutrition des enfants reconnus par les services de l’Etat et celui de faire émerger une restauration collective encore inexistante répondant à l’appel des familles et un secteur primaire encore frileux.

Atelier 3 : Tourisme et aménagement du territoire

Synthèse de l’Atelier 3

TOURISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, COMMENT SOUTENIR LE TOURISME OUTRE MER?

Atelier présidé par M. HOARAU Roland, Président du Syndicat Mixte de la Réunion

1- Tourisme et aménagement du territoire
2- Soutien à apporter à l’Outre-mer
Point 1 Les compétences des Collectivités
Constat:
 Concerne en premier lieu tous les élus de l’Outre mer. Nous disposons des outils de répartition et d’organisation des compétences entre collectivités.

Objectif: Il faut un projet stratégique global qui soit l’appropriation de tous les échelons. Un tel document « Schéma de développement touristique », véritable pierre angulaire du développement mis en oeuvre de façon cohérente et complémentaire, à tous les échelons.
Proposition:
Demander à l’Etat concrètement d’initier la concertation pour clarifier de manière opérationnelle la responsabilité de chacune des strates, dans le cadre de choix stratégiques partagés.

Point 2
Constat: L’inertie des services de l’Etat
Nos efforts, nos projets sont souvent bloqués de manière incompréhensible par les services de l’Etat. Ce qui constitue un facteur de démotivation, de ralentissement conduisant souvent à l’abandon de projets.
Objectif: Etablir une procédure contraignante
Proposition:
Que l’Etat impose à ses services un délai maximal de réponse à l’image des exigences des collectivités en matière de Permis de Construire.
Au-delà d’un délai et non-réponse, le projet est considéré comme ayant fait l’objet d’un accord tacite.


Point 3
Constat: Au-delà des spécificités locales; les touristes ont une perception globale de l’environnement, élément essentiel qui conditionne l’image qu’ils vont véhiculer de nos territoires.
Objectif: Gestion économique du domaine public
Concernant la gestion des 50 pas géométriques, l’Etat aussi doit apporter une action sur le foncier en phase avec la vision économique des forces vives et des Communes.
Proposition 1:
Charité bien ordonnée exige que l’Etat fasse un effort sur l’amélioration de l’aspect des pas géométriques.
Proposition 2:
L’Etat doit aider à la recherche de partenaires du développement touristique durable en incitant aussi, par des aides à la viabilisation des terrains.


Point 4
Ce point a largement été exprimé hors de la démarche organisée de l’Atelier. Il concerne le transport aérien.
Constat: A l’image d’une chaîne dont solidité et fiabilité dépendent du maillon le plus faible. En l’état, le maillon le plus faible est le transport aérien, mode de transport des clients de leur domicile à la destination.
Objectif: Obtenir fiabilité, régularité et coût modéré
Proposition:
Dans le cadre d’un choix stratégique de développement économique, accepter de financer un certain déficit de la part des collectivités, y compris l’Etat. Car le déficit sera largement contrebalancé par la valeur ajoutée sur les autres secteurs économiques, en raison de l’accroissement du flux et de sa régularité.
Cette analyse et cette proposition sont cohérentes avec le principe de continuité territoriale et la conforte.

Point 5
Proposition spécifique qui se traduit par l’organisation d’une vitrine commune de l’Outre-mer permettant des économies d’échelle ainsi que la mutualisation de certains moyens.
 

Atelier 4 : La commune et le développement durable

SYNTHESE DE L’ATELIER N°4-

LA COMMUNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Président de l’atelier : M. Garcin MALSA, Vice Président de I’ACD’OM

Modérateur : M. Jean-Claude CHRISTOPHE

Rapporteur : Mme Joséphine EGALGI

Dans tous les forums internationaux on parle de plus en plus de développement durable.

  1. Garcin MALSA présente au cours de cet atelier l’expérience de la Ville de Sainte Anne, à la Martinique, haut lieu du tourisme. Il estime que pour faire du développement durable, il faut avant tout accrocher la population.

Le postulat : un diagnostic doit être fait au préalable mettant en exergue toutes les potentialités physiques et humaines;

Les populations apportent leur connaissance, leur savoir, leur savoir- faire. Cette diversité met en évidence une notion importante qui est la solidarité.

Le Plan de Développement Durable de la Ville de Sainte Anne a été renforcé par l’Agenda 21.

La demande consensuelle s’inscrit dans un projet de territoire qui porte en lui une utopie c’est à dire : comment associer les exigences immédiates des populations à la construction du futur.

De celle contradiction s’engage une démarche de concertation, de discussions avec la population.

Cette rencontre est essentielle car elle permet aux élus et aux habitants de s’enrichir mutuellement et de se projeter dans le futur.

C’est alors que naît le projet de territoire : diversité de potentialités culturelles et naturelles imbriquées entre elles aboutissant à une communauté de vie.

Tout ceci ne peut se réaliser qu’accompagné d’une forte volonté politique affirmée.

L’exemple de la Ville de Sainte Anne montre que la population est capable de se projeter dans le futur.

La volonté politique doit être affirmée dans un projet de territoire. Pour mieux connaître le territoire, il convient de réaliser un diagnostic et d’associer les partenaires.

Il existe deux niveaux de partenariat :

– un interne dont l’élément central est le Comité de Suivi Local

– un deuxième qui sont les partenaires privés ou d’Etat ou d’Europe

  1. MALSA incite les uns et les autres à créer des associations et à être à leur écoute mais également à mettre en place des Comités de suivi des projets. Les choix seront ensuite à affiner après la prise en compte des interventions des partenaires.

La définition d’une programmation d’actions dans le cadre d’un budget est indispensable afin d’obtenir des subventions (fonds européens, aides des collectivités, partenaires privés, tels la CDC ou le Crédit Local de France).

Il est possible d’obtenir des fonds pour financer ces projets. Et, petit à petit on se rend compte que l’on peut faire du développement durable dans sa commune.

A l’issue de l’intervention de M. Garcin MALSA, .un débat s’est engagé entre les participants de l’atelier.

Il ressort de ces échanges, les observations suivantes:

La réalisation d’un diagnostic permet de mieux connaître sa commune. Par exemple à Sainte Anne, le diagnostic a révélé le nombre de visiteurs fréquentant la plage des Salines, l’une des plus belles à la Martinique et également la longueur des sentiers pédestres.

Le plan de développement durable doit être maîtrisé par les élus. Les techniciens devant indiquer simplement le chemin à suivre. La consultation des anciens est indispensable car elle permet de se réapproprier certaines pratiques qui ont été oubliées. Exemple des mares.

Les atouts maîtres de la réussite du développement durable sont la volonté politique et l’implication de la population dans cette démarche. Mais il faut montrer aux administrés les blocages institutionnels existants.

L’intervention d’un participant a fait l’objet d’une motion relative à la circulation des hommes et à la nécessité d’obtenir des tarifs aériens attractifs par la mise en place par exemple d’un fonds de compensation. Il faut gommer les différences entre les hommes en supprimant les barrières géographiques.

Il conclut en disant que la gestion globale de ce projet doit être réalisée selon le « concept ménager ». Les ressources naturelles ne sont pas inépuisables et parfois même en danger. La ménagère qui entretient correctement, ménager l’environnement, ménager les finances. C’est la notion de développement durable et solidaire.

Les Motions

Motion relative aux chèques vacances dans les PTOM

Motion relative à la mise en place des chèques vacances dans les PTOM

  

Considérant que les salariés du privé et du public et leurs familles résidant dans les PTOM ont droit également aux vacances et aux loisirs ;

Considérant que la mise en place des chèques vacances est un vecteur de développement économique et d’échanges culturels nécessaires à nos PTOM ;

Constatant que les élus des PTOM sont disposés à prendre des initiatives favorisant la mise en place des chèques vacances :

Le congrès de l’ACD’OM réuni les 10-11 et 12 novembre 2003 à Bora Bora :

Demande à l’Agence Nationale des Chèques Vacances de tout mettre en œuvre afin que la plus grande diffusion, de l’information soit assurée dans les PTOM et que toutes propositions adaptées à leur situation soient faites.

Motion en faveur de la libre circulation entre les TOM

MOTION EN FAVEUR DU DROIT A LA LIBRE CIRCULATION ENTRE LES REGIONS ET LES TERRITOIRES D’OUTRE-MER

  

Les Elus des Communes de l’Outre Mer, réunis en Congrès à Bora Bora les 10, 11 et 12 novembre 2003

SOUHAITENT que la libre circulation des hommes entre les ressortissants des Départements et des Territoires d’Outre Mer soit effective.

DENONCENT le monopole de la Compagnie Air France et la pratique de tarifs prohibitifs des destinations entre la France Métropolitaine, les DOM et les TOM et, qui plus est, d’un DOM vers un autre DOM ou un TOM, qui lèsent les populations des possibilités d’échange et de rencontre.

DEMANDENT l’application urgente de tarifs aériens préférentiels pour les DOM et les TOM.

Motion pour le financement du XIIe congrès de l'ACCD'OM

MOTION POUR LE FINANCEMENT DU XIIe CONGRES DE
L’ACD’OM A BORA BORA

Les Elus de l’Outre-Mer réunis à Bora Bora les 10, 11 et 12 novembre 2003;

Après avoir pris connaissance des éléments financiers du budget de ce XIIe Congrès;

Considérant le succès de la manifestation et l’apport tant en terme financier qu’en terme de rayonnement pour la Polynésie Française;

Considérant la mise en valeur des dispositifs européens et de l’Europe auprès des Elus Locaux;

DEMANDENT aux instances concernées de revoir leur position sur le financement du XIIe Congrès de l’ACD’OM et d’y participer pleinement. 

Motion relative aux NTIC

9ème CONGRES de L’ACD’OM

23 et 24 Octobre 2000

Quels modèles d’Organisations et de Gestions pour les Collectivités Locales d’Outre Mer ? 

ATELIER N” 6 – MOTION

 MOTION RELATIVE À LA GÉNÉRALISATION DES NTIC DANS LES COMMUNES D’OUTRE MER

– CONSIDERANT la nécessité de créer des modèles d’organisation et de gestion adaptés aux réalités communales d’Outre Mer

– CONSIDERANT avoir subi pendant trop longtemps l’obligation de se conformer à des textes et règlements inadaptés à leur environnement social, économique et humain.

– RECLAMENT la mise en œuvre rapide de toutes mesures visant à une meilleure adaptation des textes et règlements, à leurs réalités dans le cadre d’une révision exhaustive et différenciée.

– CONSIDERE qu’il est indispensable de développer au sein de nos collectivités, l’utilisation et la vulgarisation de toutes les technologies susceptibles de renforcer la Démocratie Locale et d’accroître l’efficacité de l’Action Communale.

– SOUHAITE que l’Etat mette à disposition des collectivités communales des ingénieurs informaticiens des experts en organisation et gestion prévisionnelle afin de les aider à une meilleure utilisation des outils d’Information de Communication.

Résolution relative à déclassement du domaine public

RESOLUTION RELATIVE AU DECLASSEMENT DU DOMAINE PUBLIC DE L’ETAT EN DOMAINE PRIVE DE L’ETAT

 Considérant que Mayotte est un petit archipel de 372 km où les villages sont implantés en majorité sur les 50 pas géométriques,
 Considérant qu’il est indispensable pour les Communes de disposer d’un outil facilitant la politique d’aménagement du territoire,
 Considérant que l’ordonnance de 1992 modifiée concernant les 50 pas géométriques fixe le cadre de travail en matière d’urbanisation et de gestion de l’espace, 

Les Maires de Mayotte
 demandent la parution du décret déclassant le domaine public de l’Etat dans les zones habitées, en domaine privé de l’Etat pour permettre d’effectuer les régularisations foncières et de mener une politique d’urbanisation cohérente. 

Motion en faveur de la continuité territoriale

MOTION EN FAVEUR DE LA CONTINUITE TERRITORIALE

Les Elus des Communes de l’Outre Mer, réunis en Congrès à Bora Bora les 10, 11 et 12 novembre 2003

REAFFIRMENT leur volonté de faire du développement durable et solidaire.

RECLAMENT qu’en vertu des compétences régaliennes de l’Etat la continuité territoriale soit assurée pour les populations à l’intérieur de leur région et selon le principe de l’Union Européenne du droit à l’égalité entre les communes de la Communauté Européenne.

SOUHAITENT que soit mis à la disposition des territoires et collectivités d’Outre Mer une «dotation globale économique sans limitation de durée» par analogie aux facilités accordées à la Corse par la France Métropolitaine.

Motion en faveur de la restauration collective à Mayotte

MOTION

  

Considérant l’état de malnutrition et sanitaire constaté par les services de l’Etat à Mayotte dans les établissements scolaires en générale;

Considérant que les écoles ne fonctionnent qu’en demi-journée et que les parents sont amenés à travailler de plus en plus, à plein temps.

Considérant la montée exponentielle de la délinquance;

 

Considérant que la prévention en matière sanitaire et d’échec scolaire passe par la mise en place de l’organisation d’une restauration collective de façon urgente;

Les élus de 1’ACDOM réunis en atelier intitulé « Restauration collective partenaire du développement durable pour les secteurs agriculture, pêche et élevage dans les DOM»

SOUTIENNENT fortement les actions engagées par les élus de Mayotte;

DEMANDENT à l’Etat de s’investir pour qu’à Mayotte la restauration collective devienne une réalité.

Motion relative au compétences communales

9ème CONGRES de L’ACD’OM

23 et 24 Octobre 2000

ATELIER N° 3 – MOTION

Compétences communales

Les membres de l’ACD’OM. réunis en assemblée plénière le 24 Octobre 2000 à Saint-Denis de la Réunion.

Considérant que pour organiser la vie et le bien être de leurs habitants, il est capital qu’ils puissent exercer pleinement et sans restriction les compétences qui leurs sont dévolues et reconnues par la loi.

Considérant que les compétences nouvelles que prévoient les textes législatifs, en cours d’élaboration, entraîneront nécessairement des charges supplémentaires, des sujétions et des responsabilités nouvelles.

Considérant que l’échelon communal est à la fois le premier et le plus important niveau de gestion de l’espace territorial.

DEMANDENT instamment à l’Etat de :

– Procéder de manière effective au transfert des moyens financiers nécessaires au plein exercice des compétences reconnues aux communes.

– Transférer les compétences indispensables en manière d’environnement et d’urbanisme ainsi que les moyens financiers et corrélatifs propres à leur permettre d’assurer un meilleur développement de leur territoire et de contribuer à l’amélioration du bien-être de leurs habitants.

INSISTENT:

– Sur la nécessité pour l’Etat, d’adapter ses services déconcentrés au besoin réel des collectivités communales.

– Sur la nécessité, dans le but d’un développement communal bien compris, d’une franche collaboration entre les services de l’Etat et les services communaux.

METTENT l’accent:

– Sur la nécessité d’une meilleure formation et information des élus.

Résolution relative à la piste d'aviation de Mayotte

PROJET DE RESOLUTION RELATIF A L’URGENCE DE
L’ALLONGEMENT DE LA PISTE D’AVIATION

 Considérant que le Conseil Général de Mayotte avait exprimé dans sa délibération du 09/09/86 à propos de la loi de programme “qu’il importe d’affirmer sans ambiguïté la priorité des actions de développement de l’économie mahoraise”
 Considérant que l’un des objectifs affichés de ce développement par la convention Etat Mayotte de 1987 était le désenclavement de Mayotte par l’aménagement d’une piste permettant une meilleure desserte aérienne
 Considérant que monsieur le Premier Ministre lors de son passage à Mayotte en 2001, a annoncé l’inscription des crédits d’études et de réalisation des travaux permettant d’une part une liaison semi directe entre Mayotte et la Métropole et, d’autre part, l’accueil de gros porteurs devant assurer une liaison directe dès la fin des travaux de la dernière tranche.

L’ACD’OM demande à l’Etat:

  • d’accélérer le processus engagé en 2001 afin que les travaux d’allongement de la piste d’aviation soient réalisés pour permettre la liaison directe entre Mayotte et la Métropole
  • de faire jouer à Mayotte la notion de continuité territoriale de manière à placer le coût de transport entre Mayotte et la Métropole en deçà de celui pratiqué entre la Réunion et la Métropole compte tenu d’une distance moins longue

Motion de la CIREST

MOTION
PORTANT PROPOSITION DE MODIFICATION DES DOTATIONS DE L’ETAT EN FAVEUR DES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE DES DEPARTEMENTS D’OUTRE MER

Adoptée par le Conseil communautaire de la CIREST

et relayée par l’ACD’OM

CONSIDERANT

La situation économique et sociale des Départements d’Outre Mer et plus particulièrement à la Réunion :

  • L’importance du taux de chômage et du niveau record de celui de la Réunion établi à 42%,

  • Le faible niveau du PIB par habitant inférieur de 40% à la moyenne nationale,

  • Les contraintes liées à l’éloignement de la métropole et de l’Europe,

  • L’importance du nombre d’allocataires bénéficiaires du RMI et autres prestations sociales qui à la Réunion représentent dix fois la moyenne nationale,

  • La pression démographique actuelle et pour les vingt ans à venir (et plus particulièrement la part importante des jeunes de moins de 20 ans qui représentent 36% de la population).

CONSIDERANT 

Le retard structurel des DOM, et de la Réunion, et l’effort que doivent mener les Collectivités Territoriales et Etablissements Publics de Coopération Intercommunale pour s’inscrire dans un développement durable de leur territoire:

  • Pour rattraper le retard en matière d’infrastructures et d’organisation des transports,

  • Pour réaliser les équipements scolaires, sportifs et culturels attendus par une population jeune et active et pour en assurer un fonctionnement conforme aux attentes des usagers et identiques aux normes européennes,

  • Pour répondre aux retards structurels en matière de services publics et prendre en compte les contraintes nouvelles des réglementations nationales et européennes en matière d’environnement, d’eau, d’assainissement, de collecte et traitement des déchets,

  • Pour répondre aux risques naturels fréquents sur les territoires des DOM (cyclones et tempêtes tropicales, inondations, volcanisme, forte érosion,)

  • Pour répondre à la demande de logement (le besoin en constructions nouvelles est évalué à 9 000 logements par an pour la Réunion pour les vingt prochaines années)

CONSIDERANT

La structure de la fiscalité des Départements d’Outre Mer au regard de la fiscalité nationale et plus précisément :

  • La faiblesse du potentiel fiscal des collectivités et EPCI des DOM inférieur à 40% au potentiel fiscal métropolitain (le potentiel fiscal par habitant des communes des DOM de moins de 10000 habitants est de 170€ en moyenne contre 414€ en métropole; pour les communes de plus de 10 000 habitants, le potentiel fiscal par habitant est de 318€ pour 616€ en métropole)

  • La faiblesse des bases qu’il s’agisse des taxes ménages ou de la taxe professionnelle inférieures de 50% aux bases métropolitaines,

  • L’impossibilité d’accroître la pression fiscale compte tenu du niveau déjà élevé des taux d’imposition,

CONSIDERANT

La reconnaissance par le gouvernement et les parlementaires de ces handicaps et plus particulièrement:

  • L’engagement pris par Monsieur le Premier Ministre, lors de son discours en date du 21 février 2003 à Saint-Denis de la Réunion concernant les financements de l’Etat, à faire en sorte que « la richesse soit la mieux répartie possible sur l’ensemble du territoire national, de manière à ce qu ‘il y ait un soutien aux territoires les plus en difficulté et qu ‘on puisse apporter ainsi notre capacité à faire respecter l’esprit républicain jusque dans 1 ‘équité des territoires. »

  • L’article 47 de la Loi Programme pour l’Outre Mer promulguée le 22juillet 2003 stipulant que «les dotations de I’ Etat aux collectivités locales d’outremer font l’objet de dispositions particulières qui tiennent compte de leurs caractères spécifiques»


Les élus de la Communauté Intercommunale Réunion Est considèrent comme extrêmement urgent de tenir compte de l’ensemble de ces facteurs handicapants dès la loi de finances 2004

DEMANDENT

Une modification substantielle des critères d’attribution des dotations de l’Etat par l’application d’un indice de majoration de 1,40 de l’ensemble des dotations versées aux collectivités locales et établissements publics de coopération intercommunale des DOM.

Share This