MOTION RELATIVE A LA BIODIVERSITE

 

Les congressistes de l’ACD’OM, réunis à Paris le 18 novembre 2006

 

Considérant la diversité, l’importance majeure et le potentiel économique du patrimoine naturel ultra-marin, mais aussi sa fragilité face à des menaces croissantes ;

 

Considérant l’importance particulière de ce « capital naturel » pour l’avenir de nos populations d’outre-mer, notamment en terme d’activité économique et d’identité culturelle ;

 

Considérant que l’Etat a reconnu à travers l’adoption de plans d’actions locaux Outre-mer que la biodiversité ultramarine doit être désormais une priorité de l’action publique en outre-mer ;

 

Affirment que la biodiversité ultra-marine est une richesse majeure pour l’outre-mer, pour la France et pour le monde  ;

 

S’engagent à favoriser sur leurs communes ou intercommunalités des politiques de développement durable et solidaire préservant et valorisant les zones importantes de biodiversité ;

Demandent à l’Etat et aux institutions européennes que les politiques sectorielles qu’ils mènent outre-mer deviennent plus cohérentes, et véritablement compatibles avec la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel ;


Demandent aux collectivités locales, à l’Etat et aux institutions européennes  de considérer la biodiversité et le développement durable comme des priorités stratégiques pour la programmation des crédits nationaux et européens ;

 

Apportent leur soutien à la partie outre-mer du « Message de Paris » adopté le 21 septembre 2006 à Paris par les participants à la conférence « Biodiversité dans la coopération européenne au développement ».