Intervention de M. Jean Claude CHRISTOPHE, Président de l'ACD'OM

Conseil d'administration du 8 mai 2005

 

 

Chers collègues,

Cette réunion du conseil d’administration est la première depuis celle qui a entérinée la proposition de votre « entité territoriale » de vous faire  membre de ce conseil.

Et c’est avec beaucoup de joie et de plaisir que nous nous retrouvons, et vous remercions d‘avoir répondu à la convocation de celui que la Guadeloupe a choisi, conformément aux statuts de l’Association des Communes d’Outre Mer, pour Présider aux destinées de celle-ci pour les années 2005 et 2006. 

Si la tenue de cette réunion de travail à l’île de la Réunion relève d’une décision du bureau, elle nous offre l’occasion de rendre un hommage à cette terre réunionnaise. Car celle-ci a donné, depuis la création de notre association, des administrateurs efficaces et responsables et a su, à une époque, la mettre à l’abri d’une errance administrative qui risquait à la longue de la nuire, en l’accueillant à la Mairie de La Possession. C’est précisément sur cette histoire là, c’est-à-dire, celle de la mise en œuvre de la traçabilité de la mémoire de l’ACD’OM, que vous me permettrez de porter un témoignage.

Celui-ci n’a pas pour objectif de mettre en doute la capacité des uns et des autres, dont les identités respectives ont été construites par l’oralité, à transmettre leur vécu historique. Mais si l’histoire, en tant que discipline de recherche scientifique, a pour ambition de mettre à jour des vérités, celles-ci s’appuient, généralement, sur des sources, reflétant la seule vision sociale de leur auteur. « Si l’Africain réduit en esclavage sur les habitations-sucrerie de nos régions avaient pu écrire sur leur propre sort, que serait le monde d’aujourd’hui ? » C’est pour éviter toute tentative de réécriture de l’histoire de l’ACD’OM, que nous vous invitons, présentement, à participer activement à l’écriture de cette page là.

« ayi chyen, men di dan ay blan » (haït le chien, mais reconnaît qu’il a des dents blanches).

Cette référence à la philosophie populaire renvoie à l’histoire de nos sociétés, qui toutes, ont été construites sur des valeurs d’honnêteté, de travail et de pratiques solidaires.   

Aujourd’hui, le choix d’un progrès faisant l’apologie du tout économique les ont dévoyés au profit de comportements individualistes.

Mais le drame, c’est que ce contexte marginalise toutes actions s’inscrivant dans une logique contraire, centrée sur l’idéal, sur l’intérêt qu’il y aurait à donner une place à l’homme dans nos sociétés de la modernité ou tout simplement cette abnégation à être au service d’une cause que l’on considère tout simplement comme juste.

Sans vouloir emprunter notre style à celui du flatteur, nous vous demandons d’accepter nos propos comme une reconnaissance de l’immense travail que réalise notre secrétaire général, le Réunionnais Lilian MALET. Le dire devant vous, ici réunis, c’est certainement redondant, mais l’homme de nos pays a besoin que la reconnaissance soit une vertu tropicale. C’est que ce travail, que seul un militant dévoué à la cause Acd’om(ienne) peut réaliser, demande une implication de tous les jours. Engagement que certains ont du mal à appréhender, la trouvant alors suspecte. D’où, l’existence d’une confusion entretenue sur le terme permanent : - siège permanent - secrétariat permanent - Lilian MALET permanent - . Que dire de ces associations de termes ?

 

-          Siège permanent : L’association en acceptant de mettre son siège à La Possession, commune de l’île de La Réunion, a mis en place les conditions nécessaire à la traçabilité de sa propre mémoire. Et cela en assurant avec efficacité la continuité de ses activités administratives et financières.

 

-          Secrétariat permanent : cette permanence du siège de l’ACD’OM à l’île de La Réunion à induit, dans l’esprit et pour des raisons pratiques (à tort ou à raison), l’occupation du poste de secrétaire général par un élu Réunionnais.

 

-          Lilian MALET permanent : Cette fonction, plus proche de celui de Directeur général, a mis en exergue l’obligation d’un partenariat efficace entre la présidence et son secrétaire général, ayant développé des initiatives de tous ordres (lobbying, animation, etc). Aujourd’hui, l’ACD’OM possède un site Internet, informant sur l’essentiel de la vie politique en outre mer, mis à jour chaque semaine par le même Lilian MALET.

 

Le poste de S.G est devenu celui d’un manager incontournable et indispensable à la vie de l’ACD’OM. C’est donc cette mission qu’il vous appartiendra d’apprécier au travers d’une permanence/efficace et d’une efficacité/permanente.

Nous apprécions depuis fort longtemps son efficacité, car La Réunion est reliée en permanence à la Guadeloupe, par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Autrement dit, l’ACD’OM Guadeloupe à travers ses représentants vous affirme que votre association vit. Et cela en dépit des attaques médiatiques et occultes dont elle est l’objet depuis le 24 janvier 2005, date de mon élection au poste de Président. Il s’avère nécessaire que le C.A s’engage sur cette situation nuisible à la sérénité de tous.

Nous avons été amené à visiter nos adhérents de Martinique, de la Guyane et de Mayotte. Rencontres fructueuses, desquelles nous avons tiré des éléments intéressants qui serviront à une meilleure structuration de notre institution. Des propositions vous seront faites à ce propos.

Au cours des travaux, nous vous déclinerons nos propositions concernant l’organisation du XIVème congrès, qui se déroulera cette année à la Guadeloupe.

Nos travaux s’étalant sur quatre jours, nous remercions nos amis Réunionnais pour le programme qu’ils nous ont concocté. Et remercions plus particulièrement notre Vice-Président Roland HOAREAU et tous ceux qui l’ont aidé dans cette tâche, en espérant n’avoir froissé aucune susceptibilité.

Pour conclure, nous nous associons pour féliciter le Maire de Sada, Ahamadi DAHALANI de la victoire de son équipe de football, l’A.S. SADA face a celle du Tampon commune de La Réunion, qui fait d’elle la représentante de l’Océan Indien à la coupe des D.O.M-T.O.M. Nous souhaitons à son équipe bonne chance pour la suite de la compétition.

En espérant que nos travaux contribueront a la stabilité et au développement de l’ACD’OM.

Merci , chers collègues, et je passe la parole au S.G pour la présentation de l’ordre du jour et du programme.

 

Jean Claude CHRISTOPHE

Président de l'ACD'OM