Discours de M. Jean Claude CHRISTOPHE au conseil d'administration du 14 novembre 2005

Au nom de la raison, …et de la liberté !

  Si l’organisation d’un congrès est un temps fort dans la vie de certaines institutions, pour notre association c’est bien plus, car son intérêt est né du besoin d’un monde oublié de par-delà les océans d’exprimer ses espérances ; c’est-à-dire, celles de l’outre mer français.

  

A la dissemblance d’une confrérie, la problématique qui unit et continuera à réunir ces territoires ultramarins ne relève pas du communautarisme, mais bien au contraire, car elle est dès l’origine fondée sur la cognition ou plus exactement sur la prise de conscience d’un avenir qu’il appartenait à ses élites d’assumer pleinement et sans culpabilité en le confrontant à la sagacité d’autres.

 

Oui, aujourd’hui, l’Association des Communes d’Outre Mer est la concrétisation d'une volonté inspirée du désir d'une vraie connaissance des problématiques de nos territoires respectifs. Mais elle est surtout l’expression des réalités géographiques, anthrologiques, sociologiques, culturelles, historiques et identitaires du « pays outre mer », mieux encore de ses quêtes alternatives.

  

Cette année, l’organisation du XIV ème congrès revenait naturellement à la Guadeloupe, et c’est avec plaisir que nous avons œuvré à la pérennisation de ce moment privilégié d’échanges de nos savoirs faire, acquis dans la gestion communale, qu’est le congrès.

 

Mais voilà, cette simple mission d’organisation s’est transformée pour l’équipe en un défi, existentiel pour l’ACD’OM. Car malheureusement, et de toute évidence il y avait et il y a toujours comme un acharnement contre la liberté. Nous observons avec apitoiement ce contexte regrettable tout en nous disant qu’au nom de la raison : « espérons dans les Hommes ».

  

Dans cette attente, sachant que le spatial s’imposait au temporel c’est la philosophie populaire qui nous a inspiré pour « fèmé rwonn la » (fermer la ronde) et travailler sereinement, avec tout ceux qui voulaient que la Guadeloupe soit à la hauteur de cet événement décennal. Et c’est fort de la collaboration de nos nombreux partenaires, que nous avons pu finaliser cette programmation du XIV ème congrès. Merci à tous pour leurs audacieux « koud men » !

  

Dire que, le congrès n’est pas une finalité en soit, et que la vie de notre association ne se circonscrit pas à cette seule manifestation, aussi emblématique soit elle, ne relève pas de l’évènementiel. Parler du travail de notre secrétaire général ne l’est pas non plus, mais escamoter les bienfaits de la permanence à La Réunion relèverait de l’ingratitude. Cette continuité administrative et financière qui nous faisait tant défaut, invite à élever au nom du devoir de mémoire le Maire de la Possession, Monsieur Roland ROBERT à la qualité de Président d’Honneur.

  

La décentralisation, en donnant aux communes le 1er janvier 2006 comme date ultime pour qu’elles assument la gestion de leurs sols, soustrait les retardataires du « parapluie » de l’Etat sous lequel elles continuaient à s’abriter, conformément a la volonté sans cesse affirmée de maîtriser le développement de leur commune.

  

Le thème proposé pour ce XIV ème congrès, « Assumons ensemble nos responsabilités d’élus, pour un développement durable et solidaire des communes d’outre mer », se veut être la rencontre de deux concepts, piliers de notre philosophie le développement durable et solidaire et la responsabilité des élus.

  

Ce thème se décline en quatre ateliers. Espaces de débats, ils abriteront des interrogations, des propositions, des prospectives intégrant les atouts du plus riche écosystème de la planète terre, celui du monde ultramarin français.

  

Rappelons que, nos différents congrès, en réussissant à combler les attentes de nos adhérents, eurent aussi pour effet de susciter un nouveau besoin, celui d’une meilleure connaissance de nos territoires respectifs, si diversifiés tant physiquement qu’institutionnellement. Et c’est conscient de cette demande que, le XIVème congrès innove en tenant le mercredi 16 novembre 2005, la « Journée des territoires », avec pour objectif permettre aux congressistes d’apprendre et d’échanger sur leurs territoires respectifs.

  

C’est signe que, notre association demeure ouverte à toutes réflexions transversales aux problèmes qui leur sont inhérents avec pour perspective le transport vers l’Etat français d’une parole unique, dont l’écho résonnerait dans le Pacifique, dans l’Océanie et dans l’Atlantique. Bref, continuons à œuvrer ensemble pour une reconnaissance effective de l’ACD’OM.

  

L’édition de cette revue du congrès témoigne de notre volonté d’offrir aux élus et décideurs de l’outre mer une revue permanente d’informations. C’est en ce sens que, nous la dénommerons « OUTRE-MAG Revue officielle du XIV ème congrès de l’ACD’OM ».

  

Le poète dirait « cette igname brisée qu’est ma terre natale », la Guadeloupe, vous accueille avec humilité et respect.

  

Merci et bon congrès à tous !

 

 

 

                                                                                  Jean-Claude CHRISTOPHE

                                                                                   Président

                                                                                   Maire Adjoint du Gosier –Guadeloupe